5 réussites zéro déchet à La Réunion

On a coutume de dire que La Réunion est à la traîne en matière d'écologie, que la "makoterie" fait partie du paysage. Mais c'est oublier que notre île peut se prévaloir d'un certain nombre de dispositifs écolo parfois si bien adoptés par la société réunionnaise qu'on ne les remarque même plus. Top 5 des réussites zéro déchet à La Réunion.

 

 

1. Le ramassage des chopines Dodo

 

Existe-t-il seulement une Réunionnaise ou un Réunionnais qui ne saurait pas que les bouteilles Dodo vides se collectent? Tout le monde à La Réunion a déjà vu nos ramasseurs de chopines à l'oeuvre près d'une benne à verre ou aux abords d'un camion bar, mais combien d'entre nous ont-ils conscience qu'il s'agit là d'un geste écologique de première importance? En effet, les bouteilles ainsi collectées sont réutilisées jusqu'à trois fois par les Brasseries de Bourbon, ce qui leur permettrait de réaliser 60% de leur production avec des bouteilles recyclées! Et quand on sait qu'environ 6 bières sur 10 parmi celles consommées à La Réunion sont des Dodo, on prend un peu mieux la mesure du geste zéro déchet qu'accomplissent chaque jour nos ramasseurs de chopines.

 

2. "Amèn out barket"

 

Les barquettes de cari en plastique ou polystyrène sont un fléau pour la biodiversité de l'île. On estime qu'en moyenne ce sont près de 80 000 barquettes de ce genre qui sont servies quotidiennement à La Réunion, et qu'un grand nombre de celles-ci terminent au mieux à la poubelle, au pire dans la nature, sous un kiosque ou dans un fond de ravine. Mais suite à la campagne Mon Commerçant Zéro Déchet, menée au mois de mai 2019 par l'association Zéro Déchet La Réunion, l'idée de recourir à des contenants réutilisables a trouvé un nouvel écho dans l'île, s'affichant même en Une du journal Le Quotidien de La Réunion. Résultat: près d'une centaine de commerçants, tous répertoriés sur moncommercant.re, acceptent désormais de vous servir dans des boîtes et sacs à vrac propres que vous amenez vous-même. Alors certes on n'a pas fini de voir s'échouer en bord de route des barquettes encore à moitié pleines, mais le changement est en marche et, à ce titre, l'opération "Amèn out barket" est une franche réussite.

 

3. Distribution gratuite de composteurs

 

A La Réunion, nombreux sont les jardins dans lesquels trône un composteur vert foncé. C'est même tellement fréquent qu'on en aurait presque du mal à imaginer un jardin créole sans son traditionnel bac à compost (on exagère un poil). Distribués gratuitement par les communautés intercommunales ou d'agglomération, ceux-ci contribuent grandement à diminuer l'afflux de déchets dans les décharges déjà bondées de l'île, et ce depuis bien avant l'essor des pratiques "zéro déchet" puisque CINOR, TCO, CIVIS, CASUD et autres en mettent à disposition de leurs administrés depuis la fin des années 90. 

 

4. Les opérations de nettoyage associatives et citoyennes

 

Si vous fréquentez les réseaux sociaux ou lisez les médias web péi, l'information n'a pu vous échapper. De même, si vous êtes un.e habitué.e des quelques marchés bio ou assimilés éparpillés aux quatre points cardinaux de l'île, vous en avez forcément entendu parler. Assez régulièrement, des opérations de nettoyage, impulsées par des associations ou collectifs citoyens péi tels que Zordi Pou Domin, Best Run, Prop Réunion ou encore VolonTerre Dépollution Réunion, sont organisées sur les plages, embouchures de ravine et, plus généralement, coins de nature les plus vilainement souillés par tout ce que la société réunionnaise compte de makotes. Le principe est simple: à l'invitation desdits collectifs et associations, des volontaires se réunissent dans un endroit ciblé à l'avance et, moyennant une bonne dose d'huile de coude, nettoient gratuitement les lieux. Et comme l'attestent les comptes rendus photo et vidéo de chaque opération, c'est toujours un succès, tant au niveau du nombre de participants que du volume de déchets ramassés. 

 

5. Le retour du réutilisable

 

Qu'il s'agisse d'ateliers de réparation collaborative comme le Réparali Kafé, où l'on donne une seconde chance au matos que la société du tout jetable nous a appris à considérer comme définitivement cassé, ou de petits objets du quotidien tels que l'oriculi, ce cure-oreille durable qui a vocation à remplacer le coton-tige à usage unique et qu'on voit fleurir sur les linéaires des boutiques estampillés bio, le réutilisable s'immisce chaque jour un peu mieux dans nos habitudes de consommation. Une tendance qui, si elle se confirmait, pourrait rapidement contribuer à alléger le poids en kilogrammes des déchets produits à La Réunion par habitant et par an, qui en 2016 s'élevait encore à... 613 kg! De même, le récent attrait des Réunionnaises pour les serviettes hygiéniques lavables, ainsi que pour les lingettes démaquillantes lavables, s'il se maintenait dans le temps, pourrait changer considérablement la donne en matière de traitement des déchets à La Réunion. L'espoir est permis, et pas qu'un peu!

 

 

 >>> Se procurer des protections intimes lavables en chanvre à La Réunion <<<

 

>>> Se procurer des lingettes démaquillantes lavables en chanvre à La Réunion <<<

 

 

Sébastien Vézinet

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0